Le tarot en ligne gratuit: Profitez des maintenant de notre application de tirage de tarot gratuite.

Tarot en Ligne

Tarologie, Interprétation des Arcanes

LE MAT - LIBERTE, GRAND APPORT D’ENERGIE

Le mat est l’arcane sans nom, il est le début de tout, l’initiateur de toute action et sa particularité de ne pas être numéroté lui confère une grande puissance dans le jeu de tarot. Effectivement, serait-il l’arcane 0 ou bien l’arcane XXII ? Dans les jeux de cartes, il représente l’excuse, lame ayant le pouvoir de remplacer toute  autre carte. Cette lame est donc très forte puisque qu’elle peut se substituer à toutes les autres.

 Cette carte est symbolisée par le dynamisme, dynamisme du personnage mais aussi des couleurs utilisées ; le personnage marche d’un pas décidé, chaussé de souliers rouges, il regarde  devant lui, le regard légèrement tourné vers le ciel, orienté vers une recherche spirituelle. Il marche dans la nature, un baluchon à l’épaule en s’appuyant sur une canne, caractéristiques faisant immédiatement penser à un pèlerin. Le mat pourrait donc représenter un pèlerin, dégagé de toutes nécessités matérielles, considéré comme fou pour certains et grand sage pour les autres. La quête finale ne peut être que spirituelle.

 Regardons attentivement la carte et notons l’animal chair, s’agrippant sur l’arrière de sa cuisse. L’animal chair, représenté dans la carte le monde, symbolise la réceptivité  gouvernée par les forces terrestres. Notre pèlerin n’a pas l’air de s’en soucier et en aucun cas, cet animal accroché à lui, ne l’empêche d’avancer, ne le détourne de sa trajectoire. Le mat à un but, il ne se tourne pas vers le passé que représente l’animal chair. Sa décision paraît réfléchie tant sa démarche est déterminée et son regard est  empli de sérénité, se projetant dans les forces célestes, à la recherche de son étoile. D’ ailleurs, ce pèlerin pourrait aussi être un berger  guidant son troupeau au vu des éléments et symboles de la carte : l’animal, le bâton qu’il tient dans sa main, le regard tourné vers les étoiles. Il est détaché de la vie matérielle, ce qui nous fait penser que plus rien ne lui fait peur. Est-ce un disciple de Dieu tels les moines et les sâdhus indiens, ayant renoncé à tout confort, à tous les plaisirs que peut apportée la superficialité  matérielle ? Ou bien alors est-il un fou, marchant sans but ? Il en a d’ailleurs les attributs : les grelots  à sa ceinture et sur son épaule ainsi que son bonnet sont l’apanage des fous du roi au moyen-âge.

Attardons- nous sur les détails de cet arcane pour tenter d’en comprendre le sens profond et nous noterons que dans son sac couleur chair (couleur symbolisant ce qui a trait à l’humain) brille de l’intérieur une lumière jaune, symbole de la conscience éveillée en marche vers la réalisation de soi.

Le bâton portant ce baluchon est bleu clair, couleur d’une forte réceptivité céleste et  dans sa main se cache une feuille verte, symbolisant l’éternité. On retrouve également les trois symboles de la trinité créatrice, que l’on peut retrouver dans la tradition chrétienne ou la tradition kabbalistique (les trois premières séphirots de l’arbre de vie), l’impulsion du mat est donc teintée d’ une aura divine, relative avec la spiritualité recherchée. Un des grelots que porte le mat sur son costume est divisé en quatre par trois traits, symbole des processus essentiels de l’existence : naissance-vie-mort. Sur son bonnet de couleur jaune (encore un indice de la conscience en marche vers l’ouverture à la spiritualité), il y a deux demi-lunes, celles-ci symbolisant la réception totale de la conscience et le don de soi.

QUE NOUS EVOQUE LE MAT ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEME ?

Le mat nous insuffle une grande énergie nous permettant enfin de faire un premier vers la réalisation de nos projets les plus fous.  Il nous montre le chemin, certes  caillouteux,   mais qui nous mènera à la réalisation.

Il nous rassure, nous dit de ne plus avoir peur de l’inconnu, de considérer notre vie comme une échelle ; ses barreaux ayant pour seule vocation de nous conduire au firmament.

Le mat nous ancre également dans le présent, faisons fi du passé, rejetant  la mélancolie des douleurs et des échecs. Il peut  aussi représenter la folie, l’instabilité, mais, pour le mat, la folie même vaut mieux que l’inertie et l’immobilisme. Cet arcane représente le voyage, le cheminement, la recherche mais aussi la folie et la fuite.

Le mat nous intime l’ordre de prendre des initiatives, de ne plus sombrer dans le doute et les perpétuelles hésitations non constructives. Il nous encourage à encenser notre véritable moi, en se défiant des codes établis, en balayant nos pensées négatives qui entravent notre chemin vers la liberté, celle de notre esprit.

I - LE BATELEUR - COMMENCER ET CHOISIR

Le bateleur est  l’arcane I du jeu de tarot, celui qui initie le jeu. Il incarne l’élan vital nécessaire pour mener à bien le projet de grande réalisation de soi. Le bateleur est un jeune homme, probablement une sorte de magicien ; d’ailleurs,  il est le prestidigitateur du moyen-âge. Les objets servant à son tour, déjà étalés devant lui, sur cette étrange table à trois pieds, il est prêt à commencer son tour, comme, nous-mêmes,  sommes  prêts à  plonger dans  l’aventure psycho-sensorielle que nous réserve  le jeu de tarot. Il est donc  notre reflet au moment ou nous entrons dans le labyrinthe du jeu.

 Il porte dans sa main gauche un bâton  que nous pourrions voir comme une baguette magique, celle-ci représente l’action mise au service des forces cosmiques. Dans sa main droite se trouve un denier, signe qu’il est axé sur les nécessités matérielles et non moins indispensables  de la vie. Notons aussi le sixième doigt de sa main gauche. Que symbolise-t-il ? Peut être son intelligence  accrue, sa capacité à faire le lien entre nécessités matérielles et nécessités spirituelles, ce qui mènerait à l’équilibre indispensable pour atteindre un état de complète satisfaction de son cycle… Qui sait ? Cet appendice supplémentaire reste un mystère mais nous incite malgré tout à penser que ce personnage est doté de capacités paranormales. Il met en évidence cette particularité du jeu de tarot, qui n’est absolument pas un jeu comme les autres. Il nous met dans un état d’ ouverture d’ esprit ou tous les symboles, toutes les pensées sont valables pour accéder au plus haut degré de nous même, pour atteindre cet état d’ éveil de la conscience ou tout est fluide, ou les barrières ne sont plus, ou tout est possible.

La table sur laquelle sont disposés les objets n’a que trois pieds, peut être que le quatrième est à l’extérieur de la carte. Ce pied de la table dépassant du jeu serait éventuellement le dépassement de soi  nécessaire pour  appréhender le chemin de la réussite. Le chiffre 3 est aussi celui de l’esprit.

Etudions maintenant  les objets qui sont sur la table. Les gobelets, objets contendants, pourraient être assimilés aux coupes (reflet des émotions et des sentiments) ; le poignard s’identifie à la couleur des épées (intellect) ; nous apercevons  les deniers dans les symboles que sont les pièces ou jetons (symbole de la vie matérielle) et, enfin, la baguette qu’il tient dans sa main pourrait symboliser la série des bâtons.

Nous remarquons aussi que le bateleur porte des souliers jaunes et que le sol de la carte est rouge. Selon la théorie de la signification des couleurs étudié en amont, nous pouvons penser que le sol rouge représente la passion humaine, presque animale, et que la conscience atteinte à surpassé cet état de servitude aux pulsions originelles. Le prestidigitateur de cet arcane représente de manière sûre le dépassement de soi.

Observons aussi son chapeau ; que peut-il nous apprendre de plus quant à la symbolique de cet arcane ? Le chapeau de notre « magicien » est en forme de spirale, symbole, comme le chiffre 8, de l’infini. Tel un mandala, la spirale s’étend à l’infini et se fait de plus en plus dense lors de sa progression. Le chapeau est dans la partie ciel de la carte, il prend naissance dans l’esprit de notre bateleur et,  est amené par la chevelure jaune de notre personnage.  Le choix de ces couleurs n’est, bien entendu, pas anodin. La couleur jaune met en lumière le cœur de la conscience ; celle-ci s’étendant bien au-delà de l’esprit, dans  les hauteurs de la dimension cosmologique, gage de spiritualité acquise. Si maintenant, nous nous attardons aux détails de la ceinture qu’il porte, nous voyons qu’elle est double, ce qui pourrait représenter la dualité entre le corps et l’esprit.

Les dés sur la table sont également chargés de sens ; ils sont aux nombre de trois, qui, comme les trois pieds de la table représente le chiffre de l’esprit, de la connaissance. De plus, la totalité de chacune des trois faces visibles des dés  est égale à 21, chiffre nous projetant de manière soudaine dans l’arcane le monde, symbole de la réalisation complète.

QUE NOUS EVOQUE LE BATELEUR ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEME ?

Le bateleur signifie le début de quelque chose. Il possède en lui les qualités nécessaires pour mener à bien son projet : l’élan, la force et l’envie irrésistible d’entreprendre. Il nous pousse à l’action, il nous invite à rompre les mécanismes psychiques néfastes qui nous animent tous à certains moments de notre vie, notamment le principe d’autodénigrement. Le bateleur est jeune, il est spontané, il sait mettre de côté les blessures du passé car il a envie d’avancer, d’être le maître de sa propre impulsion vers la réalisation. Il veut aller au bout de ses idées ; pour lui, mieux vaut les remords que les regrets. Il est animé par une profonde  envie de vivre, de faire sa propre révolution.

Le bateleur vit uniquement dans le présent car il sait que demain découle des actions d’aujourd’hui. Le temps est venu de s’engager, de prendre conscience du temps qui passe, de ne pas s’embarrasser de peurs irréelles basées sur le point d’interrogation que représente  l’avenir.

Le bateleur  est conditionné par les forces universelles, mieux que ça, il fait corps avec elles.  Il est conscient de toutes les tonalités de notre univers et il sait prendre appui sur chacune d’elles pour progresser. Il est profondément conscient et celle-ci  s’étend au cosmos tout entier. Il nous intime l’ordre de se séparer de tout ce qui nous ancre dans l’immobilisme. Il nous indique que nous possédons tout ce qui est nécessaire pour avancer et il nous pousse à  oser, oser être qui nous sommes réellement.  Il nous donne des ailes, comme un père nous caressant de son regard confiant.

II - LA PAPESSE - GESTATION, ACCUMULATION

La papesse est l’arcane II du jeu de tarot, elle est aussi la première représentation féminine. La papesse porte déjà en elle un grand mystère, celui même du nom de l’arcane. En effet, jamais une « papesse » n’a existée. Le nom de cette lame nous renvoie immédiatement à la vie sacrée, la foi religieuse, la pureté, la virginité. Peut être est-t-elle l’incarnation de la vierge Marie, l’immaculée conception. Certains l’analyse comme une représentation de la déesse Isis (mythologie de l’Egypte antique), déesse de la fécondation, et donc, de toute transformation. Cette femme est assise dans un lieu fermé que l’on peut déterminé grâce au rideau que l’on aperçoit au fond de la carte. S’agit-il d’un couvent, d’un temple ?

A côté d’elle, à gauche de la carte nous pouvons noter la présence d’un œuf, ce qui corrobore la thèse de la fécondité, cette fécondité pourtant virginale incarnée par Marie (mère de Jésus christ). Notons maintenant sa coiffe, si haute qu’elle sort du cadre de l’arcane, signifiant que sa conscience a allègrement dépassé le cadre de la réalité. Les quatre points cardinaux (nord-est-sud-ouest)  sont présents sur sa coiffe ; sa conscience s’étend donc à tous les principes fondateurs de la vie. Sa connaissance est profondément reliée à la matière. Elle a un livre dans les mains mais elle ne le regarde pas, son regard est dirigé du côté gauche (réceptif). Elle connaît déjà tout le contenu du livre. Peut-être l’a-t-elle écrit… La papesse est fortement reliée au savoir, ses connaissances sont étendues. A moins que ce livre représente les écritures sacrées, ce qui la propulse,  une nouvelle fois, dans l’univers du Divin.

Sur sa robe, trois croix ornent sa poitrine (souvenons-nous que le chiffre trois est rattaché à l’esprit), ce qui la lie, une fois de  plus à la spiritualité.

Le numéro de cet arcane (II)  est celui qui représente l’accumulation puisque, dans le jeu de tarot, tout s’additionne, tout s’oriente vers l’élévation.

QUE NOUS EVOQUE LA PAPESSE ET QUE PEUT-ELLE NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEME ?

La papesse est la métaphore d’un personnage féminin, aussi bien la mère, chargée de connaissances qui élève son enfant en le couvant d’ un regard bienveillant  que la femme castratrice, froide et rigide, incapable de tendresse. Elle peut aussi représenter une femme dont l’infinie connaissance nous mènera au chemin de notre propre évolution. Cette femme peut prendre la forme d’une thérapeute par exemple.

Son livre met en évidence les préoccupations mentales propres à la création artistique pure ;  la papesse nous aide donc à comprendre qu’il est peut-être temps de dépasser les questionnements matériels afin de se consacrer  au principe créatif afin de se rapprocher de l’œuvre divine de la Création et, plus généralement, de « Dieu ».

L’œuf posé à ses côtés, symbole de la gestation et métaphore de la création, n’attend plus que d’éclore. Cette allégorie représente la matière qui n’attend plus que l’énergie pour se convertir  en création à haute valeur spirituelle, celle sortie des tréfonds de notre psyché, indispensable à notre réalisation et mettant en exergue l’artiste, le créateur qui sommeille en chacun de nous.

La papesse est cloîtrée, synonyme de solitude, mais elle nous  montre aussi probablement le besoin de se recentrer  sur soi-même afin d’accéder au processus de création et d’élévation de soi. Elle nous intime l’ordre de balayer toutes conceptions profanes de notre âme pour enfin apercevoir la lumière, celle qui nous influera l’énergie divine  nécessaire à la montée en puissance de notre spiritualité.

Elle nous éclaire le chemin à suivre, de la manière la plus radicale, tel un maître spirituel ; nous sommes ses disciples mais n’attendons pas de tendresse de sa part, elle, qui s’est donnée  corps et âme à l’étude spirituelle. Prenons exemple sur elle, et, enfin, laissons le divin qui est en chacun de nous s’exprimer.

III - L’IMPERATRICE - ECLATEMENT CREATIF, EXPRESSION

L’impératrice est l’arcane III du jeu de tarot et la seconde figure féminine. Après la gestation évoquée par la papesse, voici maintenant l’éclatement créatif dans toute sa splendeur, une énergie bouillonnante, non mesurée, comparable à celle de la jeunesse, conditionnée par la découverte du désir sexuel. Une énergie sans entraves, en aucun cas frustrée par des préoccupations que l’on pourrait qualifier « d’adultes ».

 L’impératrice étant la figure numéro III du jeu, elle nous renvoie immédiatement à ce numéro sacré, puissant ; il est le chiffre de l’esprit. Notre impératrice est assise sur un trône et le dossier de celui-ci nous évoque des ailes, pareilles à celles d’un ange, ce qui symboliserait que ses actions sont protégées par le divin. Sa couronne représente l’autonomie, c’est elle qui prend les décisions, elle en possède l’intelligence et elle est sûre de la portée de ses actions. Elle tient dans ses mains un spectre, qui repose sur la région de son sexe, signe de pouvoir ; son énergie sexuelle est donc canalisée, elle à le pouvoir de ses pulsions, ce qui lui confère un pouvoir intellectuel très fort. La thèse de sa maîtrise sexuelle est corroborée par la présence du serpent à ses pieds ; son énergie sexuelle est présente, elle ne la renie pas, mais l’emplacement de ce serpent, totalement relié aux forces terrestres, ne l’empêche pas de progresser sur le chemin de sa réalisation. D’ailleurs, en détaillant ce spectre,  nous pouvons noter qu’ il est de couleur jaune, ce qui met en exergue une conscience éveillée et,  en haut de celui-ci, il y a une croix, ce qui nous transporte dans l’ univers divin. Sa conscience éveillée est directement relié à une connaissance spirituelle acquise.

Sur son costume, au niveau de sa poitrine, nous remarquons la présence d’une pyramide jaune, encore un signe de l’éveil à la spiritualité.

L’impératrice, malgré tous les attributs féminins qui la caractérisent  est empreinte de masculinité. La pomme d’Adam de sa gorge nous renvoie  au feu, à l’énergie puissante, permettant de s’engager dans l’action. L’aigle sur le blason est aussi un signe masculin fort. Notre impératrice n’est pas une femme qui se soumet à de longs questionnements, pesant le pour et le contre indéfiniment ; l’impératrice représente la force infinie de la volonté.

QUE NOUS EVOQUE L’IMPERATRICE ET QUE PEUT-ELLE NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEME ?

Cet arcane nous incite à l’action, elle donne l’impulsion nécessaire à la concrétisation de nos pensées. Le temps est venu d’avancer, de se libérer de toutes pensées toxiques mettant un frein au processus de création. L’impératrice nous pousse à dépasser nos limites. Elle est l’aide et le soutien nécessaire à la réalisation d’un projet. Nos pensées vont enfin s’organiser et faciliter l’impulsion attendue au commencement de la création.

Elle nous incite à nous faire confiance, à laisser libre cours au créateur qui est en chacun de nous, à accepter nos idées les plus originales, pour que l’action visible soit en osmose avec notre âme. Elle nous incite à nous fier à notre instinct. Libérons-nous des barrières qui engloutissent notre âme, édifiées par les institutions dominantes que sont la famille, la société, et,acceptons enfin de nous montrer sous notre vrai jour, faisons vibrer le principe créatif qui n’attend plus que d’exploser.

L’aspect « négatif » de cette lame met en évidence le manque d’action actuel, l’immobilisme ou bien l’action irréfléchie nous écartant, une fois de plus, du chemin de réalisation complète.

IV - L’EMPEREUR - STABILITE ET MAITRISE DU MONDE MATERIEL

L’empereur est la quatrième figure des arcanes majeurs, numéro associé à la stabilité. Il est stable comme les quatre murs porteurs d’une maison ou règne l’ordre et la sérénité, dictés par un père aimant mais cependant stricte, un père qui impose des règles et entend qu’elles soient respectées.  Il incarne la sécurité  matérielle. La croix du médaillon qu’il porte à son cou est dotée de quatre branches, cela signifiant qu’il maîtrise les puissances des quatre éléments que sont l’air, l’eau, le feu et la terre. Rien ne l’effraie, il est invincible.

Il tient un spectre dans sa main, son pouvoir est donc légitime. Son regard est dirigé vers son spectre, signe qu’il est pleinement conscient de ses responsabilités.

L’empereur est appuyé contre son trône, il est calme mais cependant prêt à agir. Il est sûr de lui. Il maîtrise parfaitement son pouvoir.

Il tient de sa main gauche sa ceinture jaune, ce qui assoie une fois de plus sa puissance intellectuelle.

Son casque jaune (symbole d’intelligence accrue) encadre entièrement son visage, cela nous laissant penser qu’il est protégé de potentielles influences extérieures négatives.

Sa barbe et ses cheveux sont bleu ciel, couleur céleste qui nous renvoie à la spiritualité. Ses souliers rouges sont sur un sol bleu, spirituel.

Regardons maintenant ce que les rides de son cou nous suggèrent. Elles s’apparentent  au dessin hindou du OM, cette syllabe en sanskrit représentative de la trinité hindoue : Brahma, Vishnu et Shiva. Ce son  représente le cycle de vie complet et la vibration primitive de l’existence. Cela signifierai donc que l’empereur est indispensable à l’action comme le om l’est au commencement de toute  prière hindoue.

QUE NOUS EVOQUEL’EMPEREUR ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEME ?

L’empereur est le père autoritaire qui nous montre le droit chemin. Il peut aussi représenter le compagnon idéal, stable et rassurant. Il est celui, tel le soldat sur la ligne de front, ne montrant aucun signe de faiblesse malgré l’hostilité du climat alentour. C’est une figure masculine sur laquelle on peut compter. Les lois qu’il édifie sont empreintes d’égalité et de justice.

L’arcane de l’empereur nous invite à prendre des décisions, à être ferme, notamment dans le milieu professionnel. Il nous ouvre la voie du succès en nous insufflant les bons conseils : calme, concentration et force mentale seront la clef de la réussite.

Cette carte est également reliée aux biens matériels et aux préoccupations financières. L’empereur  nous indique qu’il est temps  de gérer cette problématique mais que son aura nous guidera, nous montrera la voie à prendre pour y aboutir. Nous pouvons avoir confiance en sa puissance.

Il nous incite à prendre le dessus sur toutes les pensées négatives nous empêchant de devenir celui que l’on est, nous empêchant de nous affirmer et donc, repoussant l’échéance de la réussite.

L’empereur nous démontre aussi la nécessité de la confiance en nous que tous devrions avoir, dans le but ultime d’avancer, de se réaliser.

D’un point de vue négatif, cette carte peut nous indiquer qu’un homme nous barre la voie du succès ;  cet arcane nous invite aussi  à plus de douceur, envers nous-mêmes et les autres,  pour une meilleure réalisation de soi et de son entreprise.

V - LE PAPE - MEDIATEUR, PONT, IDEAL

Le pape est l’arcane numéro cinq du jeu de tarot. Il incarne le pont entre le terrestre et les forces célestes, l’union entre les éléments constitutionnels que sont la terre et le ciel, le cheminement de tout être du commencement de l’œuvre jusqu’à sa réalisation. En ce sens, le pape est un guide spirituel. Il reçoit de la voute céleste un enseignement divin qu’il s’empresse de retransmettre à ses disciples. Le dossier de son assise est constitué de barreaux, cela faisant référence aux différents degrés à dépasser avant d’atteindre un haut seuil de réceptivité intellectuelle. Le pape incarne l’unité divine et son rôle est de l’enseigner.

Sa coiffe à quatre étages, finalisée sur le dessus par un petit point orange exprime qu’il à atteint un état de sérénité intérieure infinie.

Sur chacune de ses mains est dessinée une croix, signe de haute valeur spirituelle. Nous pouvons aussi penser qu’il porte des gants avec ces motifs expressifs d’une foi incommensurable, ce qui  serait, une fois de plus, un lien évident avec l’église, nous rappelant les cardinaux de l’époque, gantés, et leur main qui se faisait l’écho de la voix divine.

En bas de l’arcane, nous apercevons les mains de deux disciples, C’est la première lame à intégrer plusieurs présences humaines. Cela renforce les valeurs d’enseignement et de partage  de cette lame.

Maintenant, concentrons-nous sur les attitudes différentes du pape envers ses deux disciples.  Le regard du pape est tourné vers la droite et ignore totalement la présence de celui de gauche. Cela signifierai-t-il qu’il réprouve l’attitude de ce dernier  ou bien alors, qu’il juge ce disciple comme inapte à l’évolution spirituelle ? Parallèlement, la crosse du pape touche le sommet de la tête du disciple de droite, signe de la réceptivité de celui-ci des enseignements dictés par son maître spirituel.

Le pape incarne donc la foi, il la retransmet ; il est donc dans le partage. Cependant, son jugement est sévère quant à l’apprentissage de ses élèves. Cela pourrait nous renseigner sur la portée négative de cet arcane : l’enseignant injuste ou bien le père émettant une nette préférence à l’ encontre d’un de ses enfants.

QUE NOUS EVOQUE LE PAPE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Le pape est le guide spirituel nous aidant à traverser le pont entre les questionnements terrestres, ceux liés aux biens matériels par exemple, et les instances stellaires, celles nous permettant l’ouverture possible à la grande réalisation de soi.

Il peut aussi représenter un père idéal, soucieux de l’éducation de ses enfants, un homme marié.  Cet arcane peut aussi être le miroir d’un mariage, ou un moyen de communication, le pape étant un grand orateur universel.

Le pape indique un idéal à atteindre, une figure emblématique nous guidant sur la route de l’élévation de soi, nécessaire à la grande réalisation complète.

Le pape est le médiateur entre le bas et le haut, entre la terre et le ciel. Il nous pousse à l’évolution. Il nous éveille à la force du sacré, peut être met-il en exergue un intérêt nouveau  pour les dogmes religieux.

D’un point de vue négatif, et selon l’association des arcanes pendant le tirage, le pape peut également représenter un imposteur déguisé en maître spirituel.

VI - L’AMOUREUX - UNION, VIE EMOTIONNELLE

Cette carte est le sixième arcane majeur du jeu de tarot et, de par son numéro, il est le symbole du premier pas dans la partie ciel (la partie haute) de la carte.

Cette carte représente plusieurs personnages, elle est représentative des relations amoureuses, voire des conflits amoureux. Nous observons donc trois personnages principaux, un homme au centre entouré de deux femmes. . Au ciel de la carte, il y a la présence du soleil et en son centre, l’ange cupidon, prêt à lancer une de ses flèches sur le personnage central.

Cette lame est très ambigüe ; en effet,  ses interprétations sont multiples. Quelles est la nature de la relation unissant ces trois personnages ? Cette carte de l’amoureux nous renvoie bien évidemment aux relations sociales et émotionnelles partagées avec autrui, et c’est en ce sens même que sa signification est complexe, comparable aux tourments du sentiment amoureux.  Le personnage central présente-t-il la femme qu’il a choisit pour épouse à sa mère ? Est-ce la représentation de l’adultère et du choix à faire que cette situation impose?

Regardons attentivement la position des mains des personnages sur cette lame. Que nous apprend- elle? Nous ne discernons que cinq mains dans cette image alors qu’il y a trois personnages. En effet, une des mains est commune au personnage central et à la femme de droite. Cette main touche le ventre de cette femme tandis que celle-ci touche la poitrine de l’homme. Il paraît donc évident que ces deux personnages sont intimes, pourtant, l’homme ne la regarde pas. Son regard est tourné vers la femme du côté gauche. Cette femme de gauche touche de ses deux mains notre homme central tandis que lui, ne la touche pas. La femme de gauche pourrait être la mère de l’homme ou bien sa maîtresse… en effet, si nous prêtons attention aux couronnes ornant la chevelure de nos deux présences féminines, nous tirons la conclusion évidente qu’elles ont chacune un symbole qui leur est propre. Ces deux femmes ne sont pas interchangeables. La couronne de celle de gauche se compose de feuilles de laurier vert, ce qui nous renseigne sur sa mentalité : celle d’une femme forte, dominatrice, voire castratrice, ce qui corroborerait la thèse de la mère en désaccord avec les choix amoureux de son fils aussi bien que celle de la maîtresse.

 Entendons-nous bien sur le fait que cette carte peut incarner de multiples interprétations et qu’elle n’est pas une vérité mais plusieurs, dépendantes de son association avec les autres arcanes tirés lors du jeu mais aussi en rapport avec la vie privée et la notion de relation émotionnelle propre au consultant.

Cette carte représente l’union, celle des êtres mais également la désunion probable, découlant de choix faits en amont.

QUE NOUS EVOQUE L’AMOUREUX ET  QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEME ?

Cet arcane nous incite à des questionnements, des remises en questions quant à notre vie affective.

Elle projette le consultant au fond de son cœur et l’incite à faire des choix, permettant à celui-ci d’être en harmonie avec lui-même via la nature de sa relation avec les autres.

Cette lame peut aussi être représentative de la famille, la fratrie et donc, nous interroger à ce sujet. Quelle est ma place dans la fratrie? Cette place me convient-elle ?  

L’amoureux nous fait prendre conscience de l’importance des relations sociales et, par cette carte, nous pousse à les améliorer, à les pacifier, à encenser  les sentiments pour en faire une unité étincelante, éternelle, comparable au grand soleil blanc du ciel de l’arcane.

VII - LE CHARIOT - ACTION DANS LE MONDE

Cet arcane est le numéro sept du jeu de tarot. Le 7 est le plus actif des nombre impairs, ce qui représente bien l’action dans le monde, orchestrée par cette lame.

Analysons maintenant la structure et les composantes de la carte. Nous apercevons un homme, probablement une figure princière au vu de sa couronne et de son spectre sur un char (le chariot), tiré par deux chevaux. Ces derniers sont de couleur bleu ciel, couleur nous renvoyant à la spiritualité, aux forces célestes. Le cheval de droite à l’un de ses yeux fermé, on pourrait même spéculer qu’il fait un clin d’ œil. Son second œil est paré de longs cils, nous rappelant l’apanage féminin. L’autre cheval représente la masculinité, la puissance, la force. Cela renforce l’idée de la nécessité de ces deux entités, que sont le principe féminin et le principe masculin, pour accéder à une unité de l’esprit menant à une action réfléchie et néanmoins puissante. Observons les pates de nos chevaux, il apparaîtrait que chacun des chevaux galopent vers des directions opposées, symbole de l’évaluation nécessaire avant de prendre une décision afin que celle-ci soit unique, porteuse de retombées florissantes.

Le personnage porte une couronne, cependant, on n’aperçoit pas le sommet de son crâne ; Sa tête est elle coupée ? Cela pourrait signifier que son esprit est hautement réceptif aux forces célestes représentées dans les douze étoiles brodées sur le voile en haut du chariot. Cette suggestion élève notre prince au rang d’érudit. Il reçoit sa connaissance directement des forces cosmiques, il ne nécessite pas d’intermédiaires. Son action est naturelle, portée par une force céleste invincible et éternelle.

Sur ses épaules, nous voyons des visages humains, pareils à des masques de carnaval, représentant probablement les forces positives et négatives de chaque être, l’ équilibre indispensable de ces deux états de pensée, nécessaire aux questionnements donnant naissance à l’action.

Le personnage du chariot détient un secret, symbolisé par la petite boule blanche qu’il cache dans le creux de sa main. Nous pouvons identifier ce petit œuf comme le  secret de sa capacité d’agir et d’étendre cette action au champ planétaire.

QUE NOUS EVOQUE LE CHARIOT ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Le chariot nous incite à l’action. Il nous annonce un grand succès, pour peu que nos pensées s’organisent et se projettent dans une dynamique de réussite. Ce succès peut prendre essence dans le monde du spectacle, relatif au décor de théâtre de marionnettes qui encadre son visage.

Le chariot nous informe que nous avons les capacités nécessaires pour réussir, qu’il est loin le temps des doutes et des interrogations et qu’une analyse de notre vie s’impose. Il est donc probablement temps de changer certaines choses, ces choses qui nuisent à notre réalisation.

Il nous demande de peser le pour et le contre avant de débuter toute action, pour que la portée de celle-ci soit enfin divine et universelle. Faisons fi des échecs du passé, ne nous laissons pas engloutir par leur négativité et, retenons- en plutôt l’expérience acquise. Servons- nous de ces échecs comme autant de leçons, dorénavant indispensables à la réussite, au succès de cette nouvelle action en phase d’éclore.

IIX - LA JUSTICE - EQUILIBRE, PERFECTION

Cet arcane est le numéro huit du jeu de tarot. Ce numéro représente la perfection infinie ;  les deux cercles l’un sur l’autre symbolisant la perfection des forces terrestres et la dimension infinie du monde céleste. Le numéro 8 est aussi le double du numéro 4, donc un double carré nous évoquant une parfaite maîtrise couplée au juste équilibre nécessaire à un état de sérénité totale.

Notons l’absence de symétrie de cet arcane alors qu’elle représente l’équilibre. Regardons son trône et apercevons l’étrangeté de celui-ci, ses piliers ne sont pas de la même taille, de plus, celui de droite est orné d’une petite boule orange. Son collier, également, monte plus haut dans son cou d’un côté que de l’autre. Que cela signifie-t-il ? Cela pourrait représenter la volonté de ne pas se malmener avec des pensées perfectionnistes inatteignables. En effet, l’être humain est vivant, avec la nécessité et la volonté de se dépasser, de progresser et cette clause de perfection va à l’encontre même du processus de développement. Comment peut-on améliorer une chose en tous points parfaite ?

Nous remarquons aussi que le personnage de la lame influe, de par son genou et son coude, sur l’équilibre des plateaux de la balance qu’il tient dans sa main, ce qui mettrait en exergue la portée négative de cette carte reliée à l’injustice, la tricherie,… Nous pouvons aussi analyser cela de la manière suivante : ces plateaux, pourtant vides mais non équilibrés symboliseraient les différentes forces de l’univers. En ce sens, nous pourrions penser que la justice est humaine, prenant compte des différences universelles constituant la nature humaine.

La justice est la première carte des arcanes majeurs à nous regarder de face, elle sonde les tréfonds de notre âme ; cet arcane étant le miroir de nous même, il nous pousse donc  à explorer les profondeurs de notre psyché.

La carte de la justice comporte une tache de couleur violette, couleur de la sagesse, très peu utilisée dans l’imagerie du jeu de tarot. La couleur bleu ciel, signe de spiritualité, est présente dans cette lame. Pourrait-on en déduire que le personnage de cette carte évalue notre degré de spiritualité ?

QUE NOUS EVOQUE LA JUSTICE ET QUE PEUT-ELLE NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cette carte nous pousse à l’analyse de notre vie, en vu d’un rétablissement nécessaire de l’équilibre pour continuer sur le chemin de la progression spirituelle.

Elle nous influe aussi la notion de miséricorde, envers nous-mêmes et les autres. Savoir pardonner pour avancer.  Elle nous aide à faire le tri entre toutes les tracasseries du quotidien, à les ordonner, les désacraliser,  pour qu’enfin  le tracé du chemin spirituel rejaillisse de notre cœur.

Dans un tirage, elle peut aussi représenter une femme castratrice, qui nous juge et paralyse nos actions.  

La justice symbolise aussi la maternité, la femme enceinte, la plénitude incarnée par celle-ci ; elle présage un heureux évènement au sein de la famille ou de l’entourage proche.

Cet arcane nous ouvre la voix du chemin de la perfection, et, celui notamment de la perfection féminine incarnée par son pouvoir créatif universel.

IX - L’HERMITE - CRISE, PASSAGE, SAGESSE

L’Hermite est l’arcane numéro neuf du jeu de tarot. Cette carte a une grande importance symbolique car elle est le passage entre la perfection du numéro 8 (la justice) et la fin de ce premier cycle, évoqué par l’arcane suivant : la roue de fortune. Il quitte l’état de perfection de la justice, il se met en crise, ceci étant la seule manière d’évoluer. L’Hermite ne peut rester dans l’état du 8, car cela précipiterai sa mort, et celui de son cycle. Il a le besoin vital d’évoluer mais il n’a pas peur, il est confiant, ayant accumulé bon nombre d’expériences le propulsant sur le chemin de la vérité.

 L’état de l’Hermite est comparable à celui du fœtus dans le ventre de sa mère au huitième mois de grossesse ; en effet, il est entièrement formé mais il s’apprête à faire un grand voyage, le propulsant dans une  nouvelle dimension, régi par un nouveau cycle de vie. Dans la chrétienté, jésus Christ est mort sur la croix à la neuvième heure, ce chiffre est encore une fois synonyme de fin et donc, également, de commencement. D’un point de vue purement mathématique, le numéro 9 est le dernier de la première série décimale avant le 10.

Il éclaire son chemin d’une lampe, ce qui nous indique qu’il marche dans la nuit ; c’est une marche vers l’inconnu, il avance à tâtons. Cette lanterne peut aussi être le symbole de sa connaissance acquise de ses expériences passées et, dans ce cas, aussi caillouteux soit le chemin, il évoluera de nouveau vers le prochain cycle de sa vie afin de se réaliser complètement.

Ce personnage porte de nombreux vêtements, ceci nous renvoyant au froid, à la solitude. Sa bosse dans le dos ainsi que la canne sur laquelle il s’appuie indique qu’il s’agit d’une personne âgée, arrivant à la fin de sa vie, seul, pour son dernier voyage.

Si nous regardons bien les traits de son visage, la couleur de sa barbe et de ses cheveux, notre Hermite ressemble étrangement à l’empereur. Peut-être est-ce lui qui à oser délaisser son trône, qui a mis de côté ses préoccupations matérielles pour se donner une chance d’accéder à l’étincelante lumière spirituelle.

L’Hermite pourrait être la représentation de tous les personnages masculins précédemment étudiés ; son gant bleu nous fait aussi penser à celui du pape.

Son manteau, bleu à l’extérieur,  nous évoque les puissances célestes. Elles l’enveloppent et le protègent pour cet ultime voyage, promut à une renaissance si il fait preuve de courage et d’humilité devant l’harassant chemin sur lequel il avance. L’intérieur de son manteau est de couleur verte, signe d’éternité et d’espoir.

QUE NOUS EVOQUE L’HERMITE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cet arcane correspond au début d’une crise, une crise nous permettant de nous dépasser pour continuer à évoluer. Cette crise est grave et cette carte nous indique qu’il faut également avancer avec beaucoup de prudence et se montrer fort. En effet, la portée négative de cette carte nous renvoie à la solitude, le vagabond, l’alcoolisme, le froid et l’hiver.

Cette carte peut aussi représenter l’absence d’une figure paternelle, ceci empêchant le principe d’évolution naturel de la vie, mis en exergue par  le manque de confiance en soi produit par cette situation affective, gage d’instabilité.

L’Hermite peut aussi nous indiquer que l’on marche vers l’avenir sans savoir ou l’on va, et donc, nous incite à trouver un sens au chemin entrepris.

Ce personnage peut également symboliser un être qui à une vue éclairée sur le monde, grâce à l’infinité de ses connaissances et à son haut degré spirituel qu’il a atteint au cours de son cycle de vie.

X - LA ROUE DE FORTUNE - DEBUT OU FIN D’UN CYCLE

Cet arcane est la dernière carte de la première série décimale et, par définition,  le début de la prochaine. Elle symbolise la fin du premier cycle de vie ; c’est une carte qui nous somme de faire le bilan de notre cycle passé, de prendre en compte les ajustements nécessaires  au commencement du prochain cycle de vie afin de ne pas répéter les mêmes erreurs dans une dynamique d’évolution fulgurante.

Cette lame représente une roue, symbole de mouvement. Son point d’ancrage est central ; il représente le noyau, la force centralisée des énergies permettant l’élan nécessaire à toute progression individuelle. Ce centre est l’initiateur de toute action, il se rapporte à notre vitalité interne nous insufflant le commandement de ne pas s’ensuquer dans un immobilisme annihilant toutes possibilités d’éveil supérieur. Cette roue est constituée de deux cercles : un de couleur rouge, symbolisant l’animalité humaine et l’autre de couleur jaune, celui-ci mettant les capacités spirituelles et intellectuelles de l’humain au premier plan. Ces capacités sont le secret de l’élévation ; faire corps avec la matière essentielle à notre survie mais s’imprégner des puissances de l’esprit pour fouler le chemin de la connaissance ultime.

Observons maintenant les trois animaux de cet arcane. Ils sont tous les trois sur la roue. L’animal de gauche descend vers le bas de la roue ; nous pouvons donc faire le rapprochement avec les forces terrestres. De plus, cet animal étant de couleur chair, la probabilité qu’il puisse symboliser  la puissance de l’élément terre est avérée.

Remontons le long de notre roue et analysons l’animal qui est assis en haut. Il porte une couronne, une épée et une cape rouge dont la forme nous évoque un cœur. Nous remarquons la présence, rare, de la couleur  violette sur cet animal, couleur mettant en exergue la sagesse de l’individu. Nous pouvons analyser cette représentation comme suit : cet individu maîtrise son énergie émotionnelle ; il est conscient que l’harmonie de ses relations avec autrui est essentielle au processus d’évolution. Il a atteint la sagesse, celle de la connaissance des lois universelles.

Le dernier animal, celui de droite, est de couleur jaune, il monte le long de la roue. L’équation de la direction qu’il prend (vers le haut), ainsi que sa couleur, nous évoque l’élévation de la conscience spirituelle.

La position de ces trois animaux sur la roue montre que celle-ci tourne dans le sens opposé des aiguilles d’une montre, tel le svastika hindou, symbole  du grand tourbillon créatif ; à moins que nous émettions l’hypothèse que ce sont ces trois animaux qui soutiennent la roue, prête à s’effondrer. En allant dans ce sens de compréhension, les symboles des animaux  seraient les entités indispensables à l’être humain pour que le cycle de vie puisse se réincarner et prendre une direction étincelante.

QUE NOUS EVOQUE LA ROUE DE FORTUNE ET QUE PEUT-ELLE NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

La roue de fortune représente la fin d’un cycle et/ou  le début d’un autre. Cette roue nous indique à quel stade d’évolution nous nous trouvons dans ce cycle de vie. Elle nous pousse à progresser en faisant une introspection permettant de remonter à la partie consciente de notre psyché les causes de nos échecs passés ou d’un blocage actuel, serrant le frein de notre roue interne.

La représentation de cet arcane (l’animal assis sur la roue) mettant au premier plan les problématiques émotionnelles ; cet arcane nous indiquerait donc la nécessité de fouiller dans ce sens pour relancer le processus évolutif.

Cet arcane peut aussi signifier un gain d’argent pour le consultant ou bien une nécessité de repositionner ses croyances et ses désirs quant aux possessions matérielles et aux gains financiers.

Cet arcane nous souffle que le temps d’effectuer certains changements nécessaires à notre évolution est arrivé et, de faire fi de la peur que cette évocation nous suggère; seul le changement peut mener à la réalisation complète de l’humain.

XI LA FORCE - COMMENCEMENT CREATIF, NOUVELLE ENERGIE

La force est l’arcane numéro 11 du jeu de tarot. Elle est la première carte de la seconde série décimale. Elle est la continuité de la carte précédente, celle de la roue de fortune.

Remarquons les vingt barres verticales en bas à droite de la carte. Elles sont au nombre de vingt, ceci nous renvoyant à l’arcane XX du jeu : celui du jugement. Cela démontre la continuité nécessaire de ces arcanes et de l’ordre dans lequel ils sont établis pour toucher l’état de réalisation complète que représentera, de nouveau, ce cycle de vie.

La force est une représentation féminine qui ouvre la gueule d’un animal ressemblant à un lion, animal reconnu pour sa puissance.

Un seul pied de la femme apparaît sur le sol jaune (conscience éveillée) au bas de la carte et celui-ci est doté de six orteils, particularité faisant écho aux six doigts de la main du bateleur. Cela signifie que la force puise son énergie dans les profondeurs terrestres. Son chapeau, également, nous renvoie à cet arcane I du jeu de tarot. Sa coiffe est parée de plumes d’oiseau, faisant penser à l’aigle, symbole de réceptivité aux dimensions célestes.

Dans cette carte, toute l’action se caractérise par le bas, liant, une fois de plus, cette lame à l’élément terre et à l’énergie créative qui en découle.

Analysons maintenant la scène principale de la carte : la relation que la femme entretient avec l’animal. Celui-ci est de couleur chair, couleur que nous pouvons relier au jaune, symbole de l’intelligence et de la conscience. La relation qui unit cette femme et la bête est pacifique, on pourrait penser que l’animal, gueule béante, est en train de partager ses connaissances avec elle, lui insuffler les connaissances divines, instinctives de son animalité afin de lui communiquer l’énergie créative indispensable à son évolution. Au contraire, si nous analysons leur relation comme un duel, un combat, nous pouvons y lire les difficultés engendrées par un instinct animal démesuré, bloquant l’influe d’énergies spirituelles propres à l’âme en quête d’évolution.

La ligne sur le cou de la femme est très ambigüe. Quelle est sa signification ? D’un point de vue positif, en admettant le fait que la relation femme-animal est basée sur une notion de partage, cette ligne, ce « collier » pourrait être la symbolique de la parole vraie, alimentée par un juste équilibre de la puissance terrestre et du désir spirituel. D’un point de vue négatif, nous pourrions interpréter cette ligne comme les stigmates d’une griffure, voire d’une décapitation, ce qui corroborerait  l’hypothèse du duel entre la femme et l’animal.

QUE NOUS EVOQUE LA FORCE ET QUE PEUT-ELLE NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cette carte évoque un commencement, un nouveau début encensé par une puissante énergie créative. Cet arcane nous incite à passer à l’action, à utiliser nos connaissances terrestres pour accéder à la connaissance spirituelle.

Le choix de l’animal, le lion, indique la nécessité de faire preuve de courage pour mener cette action à bien. Cette carte nous incite à vaincre la peur qui nous empêche d’avancer.

Cette carte ouvre également le champ à l’énergie sexuelle : problématique sexuelle, découverte de nouveaux plaisirs, naissance du désir,…

XII LE PENDU - ARRET, MEDITATION, DON DE SOI

Le pendu est l’arcane XII du jeu de tarot. L’arcane du pendu représente un personnage pendu par les pieds, tête en bas. Nous pouvons voir qu’il est vivant ; ses yeux sont ouverts, sa jambe droite est repliée au niveau du genou sur celle de gauche et il tient ses mains dans son dos. Le pendu symbolise l’incapacité d’agir, l’immobilité est suggérée par la position de ses jambes. Le pendu ne peut  agir. Il nous rappelle la papesse, l’arcane II, remplie de ses connaissances mais cloîtrée, ne pouvant donner l’impulsion nécessaire à l’action.

Sa tête en bas peut aussi signifier un retour nécessaire sur les valeurs ancrées en nous depuis notre création, valeurs et croyances pouvant bloquer le processus d’évolution.

Regardons attentivement la structure par laquelle est pendu notre personnage ; La corde qui lui enserre les pieds est attachée à un linteau de couleur chair soutenu par deux solides branches en bois dont les ramifications ont été coupées. Nous pouvons interpréter ces images comme la représentation de la nécessité de s’arrêter, de réfléchir et de se débarrasser de ce qui pourrait entraver notre cheminement futur. Enfin, notons que chacun des morceaux de la corde qui tiennent les pieds du pendu symbolisent les principes féminin et masculin, ce qui corroborerait l’hypothèse de la nécessité de se libérer des entraves familiales(en l’occurrence, ici, les représentations du père et de la mère) en vue de relancer le processus d’évolution.

La position du pendu ainsi que l’idée de renoncement qu’il incarne peut aussi trouver référence en Jésus-Christ, lui qui s’est sacrifié avant de ressusciter. Le pendu nous ouvre la voie du renoncement pour renaître, entouré d’une énergie bienfaisante et porteuse de succès.

Dans la chevelure de notre pendu, nous discernons les représentations d’un soleil et d’une lune, nous évoquant une forte puissance spirituelle transmise par les éléments fondateurs de la vie universelle. Le pendu, enrichi de ses connaissances passées a pris la décision de marquer une pause, propre à la réflexion, afin de définitivement balayer les stigmates psychologiques de son passé.

QUE NOUS EVOQUE LE PENDU ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Le pendu nous demande de marquer un arrêt dans notre vie, de prendre le temps de la réflexion avant de passer à l’action.

Il peut également représenter un arrêt dans la vie, une pause amenée par la maladie, ou bien, un besoin vital de se ressourcer.

L’image de renoncement qu’il évoque peut être signe qu’il est temps de se recentrer sur nous-mêmes, d’abandonner la superficialité pour plonger, tête la première, vers les valeurs spirituelles, essence de la conscience éveillée.

L’arcane du pendu peut aussi représenter les châtiments que l’on s’impose (autodénigrement, automutilation,...) et nous intimer l’ordre d’être plus clément avec nous-mêmes.

Comme la papesse, il est dans une dynamique de gestation, ce qui pourrait ramener le consultant à l’histoire de sa naissance, et,  pour une femme, à ses grossesses passées et à leurs  possibles traumatismes. 

L’ARCANE SANS NOM - TRANSFORMATION PROFONDE, REVOLUTION

Cet arcane sans nom est le numéro 13 du jeu de tarot. Il représente un squelette, qui, armé d’une faux, travaille un sol d’où émergent des membres humains, dont deux têtes couronnées que nous pouvons décrire comme celles d’un homme et d’une femme. Il est vrai que cette représentation est assez effrayante et crée un pont immédiat avec la mort, mais, laissons cette interprétation naïve aux amateurs et tentons de lui donner une signification constructive, conforme au principe du jeu de tarot, celui de l’évolution personnelle et de la compréhension profonde de notre Moi.

Cette carte n’est pas la dernière du cycle de vie, ce qui rejette toutes probabilités de mort.  Elle est la suite de l’arcane du pendu, qui a marqué un arrêt afin de réfléchir et de repartir sur le chemin de la réalisation, mieux armé, prêt à faire sa révolution intérieure. Cette carte sans nom est donc signe d’une transformation radicale, laissant de côté les codes asphyxiants du passé. D’ailleurs , nous pouvons penser que le champ  labouré sur lequel s’active le squelette est le champ de notre passé .Les deux têtes au sol étant représentatives des deux entités que sont le père et la mère, le squelette est en train de détruire les valeurs héritées des parents pour que son monde puisse enfin être conforme à ce qu’ il est , lui, en tant que personne individuelle.

La posture du squelette est la même que celle de l’arcane le mat. Le squelette représente donc aussi un grand apport d’énergie, mais il n’est pas vierge. Il est adulte, il a fini de réaliser son travail de questionnement, il sait qui il est, il s’impose, peut être avec agressivité, à la face du monde. Il est entier, empli de sa propre essence et il est décidé à révolutionner les choses établies,  pour renaître et, enfin exister.

Les ossements représentants des pieds et des mains, au sol, sont le symbole du « nouveau » moi qui est en train de renaître, de sortir des profondeurs de la terre, du limon nourricier de l’esprit, caractérisé par la couleur noire du sol.

Observons maintenant les couleurs de l’outil qui laboure le sol. La faux est rouge et bleue, couleurs associées à l’énergie créative et à la dimension spirituelle, indispensable pour faire de la révolution en cours, une action sacrée, immortelle.

QUE NOUS EVOQUE L’ARCANE SANS NOM ET QUE PEUT-il NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cet arcane évoque une grande transformation dans la vie du consultant. Cette transformation est radicale, elle va nous permettre d’éliminer ce qui freine notre évolution, notre vie et nous mener au chemin de réalisation de soi. L’arcane sans nom nous fait comprendre qu’il est inutile de lutter contre cette transformation à venir car elle est salutaire, absolument nécessaire et irrémédiable.

Cette carte, lors d’un tirage, peut aussi représenter un deuil, celui d’un proche ou bien d’une situation. Elle nous enjoint à délaisser le passé, se servir de lui comme d’une échelle ; chaque connaissance, chaque leçon, chaque peine représentant un de ses barreaux, nous menant vers le haut, vers notre vérité.

L’arcane sans nom peut aussi représenter la haine, la colère, l’agressivité et la violence d’une situation  dans laquelle se trouve le consultant.

TEMPERANCE - PROTECTION, CIRCULATION, GUERISON

Tempérance est le quatorzième arcane du jeu de tarot. Cette carte, représentant un ange est le  symbole de la paix intérieur. Après le renoncement de soi  effectué par le pendu, puis, la grande révolution vécu par l’arcane sans nom, voici enfin arrivé le temps de la tranquillité, de la confiance, et de l’équilibre. Cette carte est la quatrième de la seconde série décimale que compte le jeu de tarot ; si nous faisons une parallèle avec la quatrième lame de la première série décimale, l’empereur, Tempérance représente la stabilité que l’on retrouve dans le carré ou la maison aux quatre murs porteurs.

Tempérance représente un ange, debout sur le sol. Cet ange, pourtant ailé, ne vole pas, ceci indiquant que l’ange est descendu de l’élément ciel pour se rapprocher des forces terrestres représentées par l’être humain. A ses pieds, nous voyons deux serpents qui s’entrelacent, symbole d’une énergie sexuelle puissante mais maîtrisée.

Le personnage de cet arcane tient dans chacune de ses mains un vase contenant un liquide. Ce liquide passe de vase en vase, l’ange les fait communiquer. Cette vision symbolise la fluidité des pensées de l’être qui a dépassé les conflits intérieurs du passé, l’équilibre atteint et la sérénité qui en découle.

Sur sa poitrine, nous pouvons déceler quatre petits triangles, symbole des énergies fondamentales pour que l’être humain puisse s’accomplir. Au dessus, le cercle jaune représente la force de l’intelligence nécessaire à toute élévation de soi.

Les yeux de l’ange sont jaunes, couleur étincelante et symbole de conscience éveillée. Cet arcane représente l’état et l’équilibre de l’esprit qui sait que le chemin qu’il a choisi est le bon, celui qui le portera, l’encensera toujours plus haut et l’écartera des trivialités de la vie pour le propulser dans un état d’éveil confirmé.

QUE NOUS EVOQUE L’ARCANE TEMPERANCE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Tempérance est notre ange gardien. Cette carte est très positive. Elle nous informe que les choses vont s’améliorer, une guérison est annoncée, la réconciliation tant attendue avec un être aimé va enfin se produire.

Cet arcane nous incite à trouver le point de l’équilibre énergétique pour pouvoir de nouveau évoluer, comme, par exemple, se défaire des hypothétiques dépendances empêchant notre être , dans toute sa puissance, de se libérer et de vivre pleinement.

C’est une carte sur laquelle nous pouvons avoir confiance, elle symbolise la protection universelle, pareille à la présence divine ; elle est d’excellent augure lors d’un tirage.

LE DIABLE - FORCES DE L’INCONSCIENT, PASSION, CREATIVITE

Le diable est l’arcane numéro quinze du jeu de tarot. Il se compose de trois personnages, mi-homme, mi-animal. A première vue, l’illustration de cette lame est assez inquiétante et nous renvoie à l’enfer, donc, aux péchés divins. Mais qu’en est-il réellement ? L’étude de la signification des cartes réalisée jusque-là nous a apprise qu’il est nécessaire d’approfondir les détails de chacun des arcanes et qu’une lame, considérée de prime abord par les croyances populaires comme négative, peut, finalement, réserver de positives prédictions.

Analysons pour commencer le personnage au centre de la carte. Le diable se tient debout sur un chaudron de couleur rouge et chair, symbole de passion et d’énergie sexuelle. Il tient dans sa main droite une torche ce qui symbolise son désir de s’élever, de retrouver le chemin de la lumière. Le diable est ailé ; cela serait-il la représentation d’un ange en train d’explorer la noirceur de son âme ? Ses ailes, cependant, s’apparentent plus à celles d’un dragon ou d’une chauve souris, animaux reliés à la nuit et utilisés dans l’imagerie des sciences occultes.

Son chapeau, rouge et orange, et décoré de bois de cerf, renvoie à l’animalité contenue en chacun de nous.

Attardons-nous maintenant sur l’étrangeté des symboles dessinés sur son corps. Les attributs d’un visage humain (yeux, nez et bouche) ornent son ventre, la langue est tirée, celle-ci nous faisant penser à la déesse hindoue Kali, déesse incarnant la destruction des mauvais esprits. Les quatre paires d’yeux du corps de ce personnage symbolisent les connaissances universelles acquises, il regarde en face chacune de ses inhibitions et il n’en a pas peur. Il leur lance le défi d’être plus fortes que lui. Sa conscience pleinement éveillée, mis en exergue par la quantité de bleu  représenté sur le dessin, il est prêt à succomber à tous ses désirs, même les plus inavouables, pour enfin créer l’unité entre son corps et son esprit. Cette carte représente la tentation, celle du corps et de la sexualité, les parties génitales du diable, visibles, étant au centre de la carte.

Les deux personnages en bas de la carte, de chaque côté du chaudron sur lequel le diable prend appui, nous évoquent, avec leurs queues et leurs cornes coiffant leurs têtes, des diablotins ; ils pourraient être représentatifs des principes féminin et masculin. Leurs pieds sont ancrés dans la noirceur du sol, symbole de la puissante énergie terrestre qui les caractérise. En retenant l’hypothèse de leurs symboliques féminine et masculine, nous pourrions faire un pont avec l’androgynie évidente de notre diable principal. En effet, celui-ci, déjà affublé de parties génitales masculines, compte aussi des seins (la seconde paire d’yeux en partant du haut de son anatomie).

Cet arcane, à forte densité sexuelle, nous enjoint à nous libérer des contraintes imposées par la normalité et à faire rejaillir en nous l’être que nous sommes profondément.

QUE NOUS EVOQUE LE DIABLE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cette carte est profondément reliée à nos passions, celles qui nous encensent, à celles qui nous détruisent (dépendances) et à l’énergie créative et sexuelle. Elle nous incite à dépasser nos propres interdits sexuels et à se défaire de tout ce qui freine notre créativité. D’ailleurs, lors d’un tirage axé sur le questionnement créatif, cette carte et très positive.

Cet arcane est aussi relié aux finances. Il nous indique aussi de nous méfier avant de signer un important contrat, celui-ci pouvant ne pas satisfaire aux normes légales et donc, pouvant causer notre perte.

Le diable peut aussi être annonciateur d’une nouvelle relation passionnelle, ancrée dans la fusion des corps, et, pouvant conduire à des situations asphyxiantes et destructrices.

Il peut aussi nous mettre sur le chemin de la psychiatrie mettant en exergue les troubles mentaux et dysfonctionnels du consultant ou de la personne aimée par celui-ci

Cet arcane, considéré comme celui de la tentation, nous met aussi en garde contre les tourments psychiques, émotionnels et sexuels qui lui sont reliée.

LA MAISON DIEU - OUVERTURE, EMERGENCE DE CE QUI ETAIT ENFERME

Cet arcane est le numéro seize du jeu de tarot. Cette carte représente une tour, dont le toit, à demi ouvert, laisse s’échapper une représentation divine pouvant être assimilée à un oiseau déployant ses ailes ou bien encore à une flamme, peut être symbole d’un retour de l’illumination. Aux pieds de cette tour, deux personnages, têtes en bas, exécutent une danse. Certaines interprétations naïves voient dans cette représentation la chute de ces deux personnages du toit de la tour. Cependant, il semble évident, de par leurs positions et leurs expressions, que ce n’est point le cas ; nous pourrions émettre l’hypothèse qu’ils rendent grâce aux forces terrestres. Leurs chevelures jaunes, symbole de la conscience éveillée, nous indiquent que, remplis d’une intelligence cosmique, ils honorent la nature  du don qu’elle leur a offert.

La tour, de couleur chair, nous renvoie à l’humain et sa structure nous renvoie au corps, cette entité indissociable de l’esprit. Le toit ouvert, d’ou s’échappent cette forme non définie représente l’esprit, avide de liberté et étreint d’une soif d’évolution incommensurable. Cette vision de la carte corrobore la situation que nous offre à voir ces personnages. Leurs têtes vers le sol, telle celle du pendu, signifie un nouvel état d’esprit, libérateur de la puissance créative et spirituelle de l’être humain détaché de ses entraves.

En s’appuyant sur la thèse que chacune des cartes est la continuité du cycle de vie de la précédente, nous pouvons imaginer que ces personnages à la tête renversée sont les diablotins de l’arcane XV, répandant sur la terre le fruit de leur travail sur le chemin de la spiritualité et de la connaissance universelle.

Que sont ces boules multicolores qui s’échappent du toit ouvert de cette tour ? Sont-elles la représentation de la totalité des connaissances menant à l’illumination ? Sont-elles les symboles des étoiles célestes  nous protégeant et nous guidant sur le chemin de la spiritualité et de la grande réalisation de soi ?

Cet arcane, pareil à un feu d’artifice clôturant une belle fête met en scène la réjouissance de l’esprit profondément éveillé.

QUE NOUS EVOQUE CET ARCANE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cet arcane de la maison Dieu symbolise un grand changement ; ce changement peut prendre la forme d’une séparation avec l’être aimé, un accouchement, un déménagement, une rencontre amoureuse, la concrétisation soudaine d’un projet procurant joie et satisfaction.

Cette carte révèle aussi un fort potentiel énergétique créatif et sexuel, relatif à la forme phallique de la tour, symbole du sexe masculin.

D’un point de vue négatif, cette carte pourrait symboliser une séparation brutale et non consentie, une expulsion, un accouchement traumatisant.

La maison Dieu nous intime l’ordre de profiter de la vie, de la célébrer comme si le jour d’aujourd’hui était le dernier, elle nous enjoint à nous séparer des pensées néfastes et asphyxiantes qui nous immobilise, laissant enfin l’énergie créative qui bout en chacun de nous exploser, tel le feu d’artifices de poussières d’étoiles encerclant la tour de la lame.

D’un ordre universel, l’arcane de la maison Dieu peut annoncer de grandes catastrophes naturelles (séisme, tsunami,…)

L’ETOILE - AGIR DANS LE MONDE, TROUVER SA PLACE

L’étoile est l’arcane numéro 17 du jeu de tarot. Elle est la septième carte de la seconde série décimale. Le numéro 7 représente l’action dans le monde ; il est le plus actif des nombres impairs.

Le personnage de l’arcane, une femme aux longs cheveux, est totalement nue, éclairée par huit étoiles ; elle est agenouillée, déversant deux vases au sol.

La symbolique de cette femme, dans son plus pur dénuement, en position agenouillée, s’apparente à une prière. Les récipients qu’elle déverse au sol sont le symbole de l’offrande faîte à la nature, aux forces terrestres, afin de les remercier de sa condition, celle d’un esprit serein, éclairé par les forces célestes symbolisées par la pluie d’étoile au dessus de la tête du personnage.

Sur le front de la femme, nous discernons une lune de couleur orangée, relatif aux forces stellaires qui l’accompagnent, la guident tel un talisman.

La femme, de par son ventre rebondi, est enceinte. Nous pouvons relier cet élément à la fertilité. Cette fertilité est également suggérée par l’action de verser le liquide des deux vases sur le sol ; cette femme engendre la vie humaine et la vie universelle, elle déverse son intelligence cosmique sur la terre, ceci lui conférant un pouvoir divin.

Cette carte met en exergue le processus fondamental de la vie ou rien ne meurt, tout évolue, se transforme.

QUE NOUS EVOQUE L’ARCANE DE L’ETOILE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cet arcane est, de manière générale, très positif. Il incarne la générosité, le partage et la chance.

Cette carte est le symbole du trésor intérieur, enfin retrouvé. Nous savons qui nous sommes, ou nous allons, nous avons enfin trouvé un sens à notre vie. Celle-ci devient donc un chemin fleuri, éclairé d’une lumière étincelante qu’il fait bon parcourir ; tout est lumineux  et chaque fragment de nous-mêmes trouve enfin une place pour s’exprimer.

Toute réalisation personnelle gouvernée par l’arcane de l’étoile sera couronnée de succès, en harmonie totale avec notre être.

Si un homme tire cette carte lors d’une consultation, cela évoquera pour lui la femme idéale, l’amante désirée en secret. Cet arcane renvoie aussi à la fécondité, à l’allaitement.

XVIII LA LUNE - PUISSANCE FEMININE, RECEPTIVITE

L’arcane la lune est le dix-huitième du jeu de tarot. Cette carte représente une lune étincelante, de profil, le visage enfantin. Elle n’est pas pleine, une de ses faces est encore invisible, ceci symbolisant la face cachée, mystérieuse, de chacun de nous.  Cette lune rayonne comme un soleil et émet une lumière orange inondant la terre de gouttelettes, pareilles à une pluie cosmique bienfaitrice.

Sous elle, deux animaux ressemblant à des chiens tirent la langue, le regard tourné vers la lune. L’un des deux est de couleur bleue ciel, évoquant une connaissance spirituelle profonde et l’autre, face à lui, est de couleur chair. Derrière chacun de ces animaux se dépeint une tour. Celle qui se situe du côté du chien bleu a le toit ouvert, en témoignent les créneaux qui la décorent, signe de réceptivité des forces stellaires ; celle du côté du chien couleur chair est fermée, une chape est posée sur ses créneaux, cela nous évoquant plutôt le coté actif, déjà représenté par la couleur de l’animal devant elle.

 Les deux cotés de cette carte empreinte d’une notion de symétrie et, pourtant, représentant les deux forces vitales de l’être humain ( réceptivité et passif) nous évoquent le yin et le yang ,ce symbole chinois ou la dualité du motif et de sa signification est empreinte de complémentarité essentielle à la vie ; le yin étant le principe féminin, relié à la lune, au froid, à la glace, a la réceptivité ; au contraire du yang qui, lui, symbolise le principe masculin, le soleil, la chaleur et l’action. Nous pouvons donc interpréter le tableau sous l’astre comme la complémentarité essentielle pour évoluer vers une grande réalisation spirituelle, ici, incarnée par la lune.

Sous les chiens, nous voyons une grande étendue d’eau, délimitée, pareille à une piscine. Cependant, la surface de l’eau n’est pas calme ; elle est agitée de vaguelettes, faisant référence à l’océan, à son caractère inattendu et à sa dimension immense. A la surface de cette étendue d’eau mystérieuse, nous notons la présence de ce qui ressemble fort à une écrevisse, celle-ci n’est pas en partie immergée ; il semblerait qu’elle flotte sur l’eau. Cet animal est de même couleur que la lune, il en est son miroir. Dans chacune de ses pinces, l’écrevisse porte une petite boule, peut-être  sont-elles des offrandes que l’animal offre à la lune, cet astre essentiel aux mouvements universels, initiant les marées.

QUE NOUS EVOQUE LA LUNE ET QUE PEUT-ELLE NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

La lune symbolise la féminité, la mère nourricière indispensable au développement de la nature, elle est l’archétype maternel cosmique. Cet arcane mettra en exergue les relations du consultant avec sa mère, et, si le consultant est une femme, la lune l’aidera à analyser son rôle de mère et sa relation avec ses enfants.  Cette carte est très bénéfique pour une femme et prédit une grande réalisation.

Pour un homme, cette carte l’incitera à développer son principe féminin défini par les termes suivants : psychologie, sensibilité, intuition, réceptivité,…

La lune peut aussi être signe qu’un grand et lointain voyage se prépare.

D’un point de vue négatif et, selon son association avec les autres cartes lors d’un tirage, elle peut représenter la peur, la solitude et la dépression.

XVIIII LE SOLEIL - ARCHETYPE PATERNEL, NOUVELLE CONSTRUCTION

Le soleil est le dix-neuvième arcane du jeu de tarot. Si la lune représente par excellence le principe féminin, le soleil est, quant à lui, la référence de la masculinité. Il produit l’énergie indispensable à la croissance de la nature. Il symbolise le père universel, capable de transformer toutes graines en fruits juteux, entretenant la vie de ce qui s’en nourrissent.

Sur l’illustration de l’arcane, le soleil se présente de face, pareil à la lune, doté d’un visage enfantin ; il brille de milles feux et propulsent des gouttelettes sur la surface de la terre.

Sous l’astre rayonnant, deux personnages traversent une rivière. L’un d’entre eux est déjà sur la berge et il aide le second, affublé d’une queue, à le rejoindre. Dans cette représentation, nous pouvons noter la relation d’entraide et de partage entre ces deux personnages. Si nous regardons attentivement les détails de ces enfants, nous noterons le lien évident et symbolique entre eux et les diablotins de l’arcane XV : la queue sur l’enfant de gauche et la présence des trois points sur le ventre de celui qui est sur la droite attestent de l’évolution spirituelle séparant ces deux arcanes.

Dans cette carte, tout est signe de joie et de liberté. La protection de l’astre s’incarne sur terre par la métaphore du muret de pierres jaune ; il enveloppe les enfants comme les bras d’un père pourraient le faire. La couleur de ce mur évoque la conscience éveillée de l’être, la protection de l’astre solaire, écartant toutes actions déraisonnables et néfastes. La partie rouge en haut du muret symbolise l’union entre la conscience éveillée et les émotions passionnelles. Dans cet arcane, tout s’accorde, point de violences ni de troubles, seule la célébration de la vie est présente.

QUE NOUS EVOQUE LE SOLEIL ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Le soleil est une carte positive. Elle présage une grande réalisation, la naissance d’une histoire d’amour passionnelle, ceci nous rapprochant encore de la grande réalisation complète.

Le soleil nous insuffle aussi qu’il est temps dorénavant de marcher dans la lumière, de jeter aux orties les échecs et blessures du passé, de croire aux forces universelles  qui nous montrent la voie, telle l’étoile polaire guidant les bergers en haut de la montagne.

Cet arcane, symbole du père, demande au consultant de s’interroger sur les fondements de la relation entre lui-même et son père, de savoir pardonner les manques et de se défaire d’un idéal inatteignable, vecteur d’échec et de frustration.

XX LE JUGEMENT - NOUVELLE CONSCIENCE, DESIR IRRESISTIBLE

Cet arcane est le vingtième du jeu de tarot. Il représente un ange sorti d’un cadre mais entouré de rayons solaires. L’ange tient une trompette dans ses mains mais il n’en joue pas ; il tire une langue orange, symbole de la conscience profondément éveillée. La trompette, ici, symbolise l’annonce d’une grande nouvelle ;  un changement profond est à venir et celle-ci manifeste la voix de Dieu.

 Cette représentation symbolise la nécessité de se réveiller, signifiant qu’il reste encore des sentiers à parcourir. En effet, la trompette est l’instrument utilisé, spécialement au moyen-âge, pour attirer l’attention de la foule avant de propager une annonce d’importance capitale. Dans cette illustration, c’est Dieu, cette grande puissance, qui nous rappelle  à l’ordre, qui nous enjoint à ne pas nous satisfaire de cette situation confortable dans laquelle nous nous trouvons, à aller plus loin, plus haut.

Sous l’ange, trois personnages sont assis, nus, priant le regard tourné vers ce messager divin. La femme est située du côté réceptif de la carte et un l’homme est assis du côté actif. Au centre, le troisième personnage est de dos, nous ne pouvons dire s’il s’agit d’un homme ou d’une femme. Ses cheveux, relevés en spirale représentent la dimension infinie de son esprit. Nous discernons aussi le motif créé par ce chignon et la bosse au dessus de celui-ci ; il s’agit du troisième œil, très présent dans la culture orientale et les religions qui lui sont attribuées. Ce troisième œil est celui de l’âme, Il indique la connaissance de soi ; un nouveau regard se penche sur le monde, cet œil mystique symbolise l’éveil d’une conscience nouvelle.

Ce personnage central, symbole de l’androgynie et de la complémentarité essentielle des principes féminin et masculin, perçoit en profondeur le son divin de la flûte, il en est le reflet sur terre.

Un drapeau est attaché à la flûte de l’ange. Celui-ci représente une croix, séparant le drapeau en quatre petits carrés, relatifs aux quatre éléments essentiels du principe fondateur que sont l’eau , la terre, l’air et le feu.

QUE NOUS EVOQUE LE JUGEMENT ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

L’arcane du jugement nous renvoie à la naissance de notre être et peut faire émerger en chacun de nous la sensation d’être né sans désir parental. Cet arcane nous rappelle que tout sur terre à une place essentielle. Le principe même de la vie étant un miracle, le jugement nous souffle de nous défaire de ces sombres pensées négatives, instigatrices d’obstacles et d’échecs. Cette carte nous enjoint de lever les barrières édifiées sur le chemin de notre réalisation complète car, cette dernière étant imminente, il est enfin temps de se détacher de tous sentiments négatifs et de donner son pardon.

Pour un couple, cette lame symbolise le désir d’élargir la conception de l’amour, de créer dans la protection de cette forteresse sentimentale un être parfait, en adéquation avec les volontés divines et, par de-là, rendre à la nature et aux forces universelles notre dot, en relançant le processus infini de la création.

Cette carte est aussi reliée au jugement, le jugement humain, souvent erroné et sans l’ombre d’un sens à la vue de notre condition mortelle et transitoire. L’être humain n’est pas dans l’absolu ; il était, il est et il sera.

Cette carte est le symbole d’une grande renaissance ou les énergies essentielles à l’évolution communiquent, s’entrelacent, dans le but d’accéder à la grande réalisation complète, incarnée par la prochaine et dernière carte du jeu de tarot : l’arcane XXI Le monde.

XXI LE MONDE - REALISATION TOTALE

Cet arcane est le dernier de la série des arcanes majeurs. C’est la carte, tant attendue, de la réalisation complète. En son centre, une femme nue dont les parties sexuelles sont dissimulées par une écharpe bleue et rouge tient un bâton dans sa main droite (actif) et, ce qui s’apparenterait à une fiole, symbole de la réceptivité, dans sa main gauche. Elle est encadrée par une couronne de laurier bleu, couleur des forces spirituelles. Elle danse, elle paraît emplie d’une sérénité non feinte et, son regard tourné vers la gauche, du côté relatif à la réceptivité nous apprend qu’elle a atteint un état de compréhension spirituelle infinie.

Quatre entités ornent chacun des coins de la carte. En bas à gauche, l’animal chair, probablement un cheval, représente la réceptivité terrestre ; à droite, un lion représente la puissance terrestre, la force dominatrice nécessaire  à l’impulsion de la créativité. Ces deux animaux  sont reliés aux puissances des profondeurs terrestres.

En haut à gauche, un ange symbolise les émotions et les sentiments, indispensables à la réalisation complète tandis que de l’autre côté, un aigle déploie ses ailes. Ce dernier représente les capacités intellectuelles de l’être en pleine évolution spirituelle. Nous pouvons noter que ces représentations, à l’exception de l’animal chair, porte une auréole au dessus de leur tête, cette étrangeté les reliant aux forces cosmiques universelles.

Le centre de la carte, symbolisée par cette femme dansant dans la couronne de laurier est la représentation  de la  matrice, le noyau essentiel à la réalisation complète. Les symboles ornant les coins de cet arcane représentent la symbiose indispensable des quatre éléments fondateurs du principe humain, et donc, nous ouvre la voie de l’extase, provoquée par l’aboutissement complet  du travail fait en amont, celui-ci conduisant à la réalisation suprême de soi.

QUE NOUS EVOQUE L’ARCANE LE MONDE ET QUE PEUT-IL NOUS APPRENDRE SUR NOUS-MEMES ?

Cette carte est, bien entendu, la carte très attendue lors d’un tirage de tarot.

Elle symbolise la grande réalisation personnelle. Cet arcane prédit un grand succès, une carrière florissante, un couple en osmose, un monde idyllique.

Pour une consultante, elle peut représenter une naissance à venir, un accouchement se réalisant sous les meilleurs auspices, mais aussi nous interroger sur la situation émotionnelle et psychique entourant notre propre naissance.

Pour un consultant de sexe masculin, L’arcane le monde peut évoquer  la rencontre avec une femme considérée comme idéale. Cet arcane peut aussi annoncer un futur voyage.

Cependant, si cette carte est tirée en début de jeu, elle perd son sens de grande réalisation complète ; en effet, une action ne peut prendre vie de manière sereine si elle est sous la coupe d’une pression terrible liée à une intransigeante et indispensable réussite. Dans ces conditions, le commencement sera  laborieux, faisant naître le manque de confiance en soi et ainsi, tuera dans l’œuf toute énergie créative.