Le tarot en ligne gratuit: Profitez des maintenant de notre application de tirage de tarot gratuite.

Tarot en Ligne

Tarologie, Les Arcanes Mineurs

LES ARCANES MINEURS

ORGANISER LES QUATRE COULEURS

Les arcanes mineurs sont divisés en quatre familles, quatre couleurs : Epée, Coupe, Bâton et Deniers. Chacune de ses couleurs comprend quatorze cartes : cartes numérotées de I à X et figures suivantes : Valet, Reyne, Roy, Cavalier

Concentrons-nous un instant sur les valets de chaque couleur et, spécialement, sur leur orientation Chaque valet à une orientation différente : le valet d’épée a les pieds dans deux directions différentes, symbole actif, son épée pointée vers le ciel lui confère une tonalité céleste. Le valet de coupe se dirige vers le côté gauche, symbole de réceptivité, sa coupe est orientée vers le haut, signe d’intérêt cosmique Ces 2 premiers valets s’apparentent aux figurines célestes représentées dans l’arcane XXI.

Le valet de deniers à un pied de chaque côté, synonyme de l’équilibre entre l’actif et le réceptif. Son symbole, tenu dans sa main, est reproduit à terre. Enfin, le valet de bâton  se dirige vers la droite, principe actif et, son symbole est posé sur la terre. Ces 2 valets s’apparentent donc aux forces terrestres.

Afin de rappeler le processus d’asymétrie et d’organisation propre à lui, utilisant les codes fondamentaux des représentations sacrées, notons que la série des deniers est la seule à ne pas être numérotée et, qu’également, elle est la seule à être orthographiée au pluriel. Encore une fois, cette volonté asymétrique s’affirme et met en valeur cette couleur, probablement lié au cheval (animal de couleur chair) dans la carte du monde, puisque, lui est le seul des 4 figures de cette carte à ne pas porter d’auréole. Dissemblances et similitudes du tarot . Maintenant, regardons la série des As qui s’ apparente à la loi précédemment étudiée : ( (1+2)+3)+4, mise en évidence par la mythologie religieuse : les as d’ épée et de bâton sont similaires ( ils sont tous deux manipulés par une main et pointent vers le haut ), la coupe se présente debout, elle est immobile et aucune main ne la tient . Quant à l’as de deniers, il ne répond pas au principe de verticalité des autres lames, la carte peut être lue en tout sens, elle est un mandala à elle seule.

CORRESPONDANCES ENTRE LES COULEURS, LES ELEMENTS ET LES ENERGIES DE L’ETRE HUMAIN

Nous ne pouvons assimiler les couleurs du tarot aux éléments fondateurs  de l’univers (eau, terre, air et feu) mais essayons de trouver quelques concordances, nous permettant une interprétation juste. Rappelons nous la carte du monde avec cet élément central, la femme nue dans son ovale de laurier bleu et ces quatre figures en chaque coin, deux régies par les forces terrestres et les deux autres par les forces du ciel. Ces 4 éléments pourraient signifier quatre particularités essentielles de l’être humain, indissociables les unes des autres pour accéder à un équilibre permettant la compréhension de l’Histoire.

L’épée est une arme, fabriquée par l’homme pour se défendre, pour attaquer aussi, on peut dire qu’elle est représentative de l’action, l’intelligence au service de la création, elle correspond à l’aigle de la carte du monde, identifiable  à ses capacités aériennes. Nous pouvons prétendre qu’elle symboliserait l’élément Air.

La coupe, avec sa forme ronde féminine est symbole de réceptivité, comme la fiole que tient la femme nue dans la carte de monde. La coupe symbolise  l’émotion, son élément pourrait être l’eau.

Le bâton représente la nature, il est façonné par l’Homme mais c’est la nature qui le crée, qui transforme le bois en bâton. Il symbolise la puissance créative, l’énergie sexuelle. Son élément serait le feu.

Le denier est en partie forgé, il représente les biens matériels et les affaires financières en général. On peut l’apparenter à l’élément terre.

Ces interprétations nous permettent de nous rapprocher des différentes quêtes humaines que sont la spiritualité, très probablement propre à tous les adeptes de la connaissance tarologique , à l’ amour, la richesse et le partage des sentiments, et aux valeurs matérielles, non considérées comme superficielles par L’ homme tant elles sont indispensables à sa survie.

PREMIER CONTACT AVEC LES FIGURES DES ARCANES MINEURS

Les figures des arcades mineurs s’ inscrivent dans un processus d’ évolution, comparable au processus de la vie : on naît vierge de tout, vient ensuite l’ apprentissage, puis, la pratique de cette théorie, nous récoltons ensuite les fruits de cette dernière et nous mourrons , symbole d’ un cycle de vie, prenant racine dans le néant et s’ achevant comme tel. Maintenant, analysons les couleurs de chacune des cartes de tête : le valet, la reine, le roi et le cavalier et commençons par l’analyse des deniers. Le valet de denier en a deux sur sa carte, mais un lui est invisible, la reine en possède un plus gros que le valet, le roi en a un en main et un autre dans le ciel de sa carte, enfin, dans la carte du cavalier, ce denier flottant dans le ciel devient un astre lumineux, annonciateur de la conscience spirituelle. La théorie même de l’évolution propre à la Vie se retrouve dans cette progression des symboles ; en effet, le denier de la carte valet est au sol et, est considéré comme invisible, non important, et à la fin de son évolution (carte du cavalier) devient semblable à une étoile, assez puissante pour guider les êtres. Nous retrouvons cette même évolution avec les cartes de tête des autres couleurs.

Les deniers représentent les besoins, le centre matériel ; le bâton : les désirs, le centre sexuel ; la coupe représente les sentiments, le centre émotionnel ; l’épée symbolise les pensées, le centre intellectuel.

-les valets. Le valet représente la dualité entre ce qu’il faudrait faire et ce qui se concrétise. Il est caractérisé par l’hésitation, toujours en proie au doute. Nous pouvons considérer qu’à partir du moment ou la décision est enfin prise, il évolue au stade de reine.

-les reines. Elles sont centrées sur leur symbole, ce qui le rend encore plus puissant. Elles représentent la sécurité, sécurité des pensées, des émotions, des désirs. Elles définissent la durabilité, la stabilité.

-les rois. Ils symbolisent le changement, mais ce changement est loin d’être instable. Il est bien conscient de ce qu’il possède, mais, contrairement à la reine, il regarde l’extérieur, il a la capacité d’effectuer des changements majeurs, mais de manière réfléchie.

-les cavaliers. Le cavalier amène les pensées, actes et créations des autres figures au-delà de ce qui est a déjà été réalisé. Son symbole est toujours représenté vers le cosmos, il a une haute valeur spirituelle.

LES HUMBLES GARDIENS DU SECRET

Pour pouvoir comprendre et faire une juste interprétation des arcanes du jeu de tarot, il faut s’intéresser au sens profond de celui-ci. Nous venons d’étudier la signification des arcanes majeurs et celle-ci nous a permise, à maintes reprises, de constater qu’il est nécessaire de ne pas s’arrêter à l’image proprement dite et d’en faire une interprétation naïve mais, plutôt, de fouiller les profondeurs secrètes que l’illustration recèle.

Le tarot a subi énormément de bouleversements depuis sa découverte.  Le succès qu’il a rencontré l’a, certes, popularisé, le mettant au premier rang des arts divinatoires, mais aussi, à maintes reprises, l’a écarté de son essence première, celle de la découverte de soi obtenue par l’interprétation des arcanes originaux de ses pères. Pourrions-nous cependant pensé que le tarot a été « kidnappé » ces deux derniers siècles ?Ce jeu, dés sa découverte, a intéressé les plus grands occultistes de son époque et , ceux- ci se l’ont approprié, allant jusqu'à en changer les illustrations, donc, la signification première de la totalité des arcanes, soit l’énergie créatrice divine de ce jeu.  Pourquoi ce jeu a suscité un tel emballement ? Quelles sont ces origines ? Sur quels dogmes a-t-il été fondé ? Combien de fois et par qui les illustrations des cartes ont-elles été transformées ? Retournons donc quelques instants  sur l’histoire de ces cartes…

Le tarot de Marseille est originaire de l’Europe médiévale chrétienne. Les traces du  premier jeu  de cartes remonte à  1505 dans la région d’Avignon ; il a ensuite était exporté en Italie ou il a acquis ses lettres de noblesse. Ce n’est qu’à la fin du 18ème siècle, en Italie, que fut découvert un jeu de cartes complet avec les interprétations divinatoires de chacune d’elles. En France, l’utilisation du jeu de tarot date de cette époque, celle des lumières.

Le premier à avoir posé son empreinte sur les cartes du jeu  fut Antoine Court  De Gebelin (1719-1784), grand écrivain de l’époque,  inscrit dans le courant franc-maçonnique et passionné des anciennes mythologies. La mythologie égyptienne, très en vogue à l’époque, l’inspira  et lui permit d’insérer ses fantasmes oniriques dans les cartes.  Puis, ce fut au tour d’Eteilla d’y apporter sa touche personnelle. Son étude de la signification de chacun des arcanes du jeu a popularisé le tarot et la cartomancie en général.  Enfin, ce fut au tour d’Eliphas Levi, ecclésiastique et grand occultiste du 19ème siècle de procéder à une variation des arcanes du jeu, toujours sur la base du tarot de Marseille. On lui doit de grands écrits relatifs aux sciences occultes, dont la trilogie suivante : « histoire de la magie », « dogme et rituel de la haute magie » et enfin, « la clef des grands mystères ».

Gérard Encausse, plus connu sous le nom de « Papus » imprégna le tarot de diverses influences telles que la Kabbale, tradition ésotérique du judaïsme reposant sur la « loi orale et secrète », faîte par Dieu à MoÏse sur le mont SinaÏ. Il enrichit également le jeu de détails astrologiques et mythologiques.

Edward Waite, quant à lui, réédita un tarot dont les arcanes mineurs représentaient tous des personnages, dans des allégories profondément effrayantes... Le tarot de Marseille, manipulé et détourné plusieurs fois de son sens profond, à cependant survécu à ces modes illustratives et reste le meilleur outil, le plus sûr chemin dans l’excitante aventure de la connaissance de soi.

Le jeu de tarot de Marseille, dans sa version originale, est empreint de détails, de symboles des trois grandes religions monothéistes ; certains arcanes nous relient de façon immédiate à la religion chrétienne, dans un premier temps par l’identité même de certaines lames ( arcane V Le Pape), mais aussi par une multitude de détails comme par exemple le signe de croix religieux sur L’arcane V Le Pape, la présence de l’ange nous faisant penser à l’ange Gabriel, … Nous retrouvons aussi des signes et symboles du judaïsme : dans l’arcane XIII , sur l’arrière du crâne du squelette , en tournant la carte, nous pouvons lire les syllabes suivantes : yod, hé, vav, hé, qui composent en hébreu le nom de Dieu ; dans l’arcane Le Pendu, aussi, les dix boutons de l’habit du personnage nous font penser aux dix séphirots de l’arbre de vie de la tradition Kabbalistique. Les motifs géométriques illustrant les arcanes mineurs, s’entrelaçant pour certains dans des arabesques infinies, nous évoquent la tradition décorative islamique.  En effet, dans la religion musulmane, il n’est point autoriser de reproduire les créations de Dieu ; les musulmans n’ont pourtant pas renoncés à l’Art décoratif, en attestent les décorations des bâtiments anciens, des lieux saints (mosquées, …).

Au sein des arcanes mineurs, ces formes géométriques s’entrelacent, se multiplient, et ainsi expriment, par leur beauté stylistique, la pureté du symbole. Ces cartes sont d’une importance capitale dans le jeu car elles précisent les évènements prédits par les arcanes majeurs.

Les arcanes mineurs comprennent la série décimale des quatre couleurs de 1à 9, et enfin, les figures ou honneurs comprenant : le valet, la reyne , le roi et le cavalier ; elles sont donc au nombre de 56. La place du cavalier dans le jeu de tarot a suscité nombre de désaccords, à tel point que cette figure a totalement disparu du jeu de carte anglais.

Mais quelle est donc la place de ce mystérieux cavalier ? Retournons à la théorie précédemment étudiée : celle que chaque couleur en engendre une autre. Reprenons l’arcane XXI le monde qui, en chacun de ses coins, représentent par des symboles les quatre couleurs du jeu de tarot. Souvenons- nous que ces couleurs s’engendrent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Les valets, eux, sont en puissance de transformation de reynes et de rois ; le cavalier, quant à lui, transmet les connaissances acquises dans ce cycle de vie à la prochaine couleur qu’il engendre. L’exemple suivant en est la preuve : le cavalier de deniers porte déjà dans une main le bâton vert de la série de bâtons. Cet exemple reproduit le schéma cyclique du jeu de tarot ou la notion de fin est inexistante, ou tout se transforme, pareil au cycle essentiel de la vie.

L’étude des arcanes mineurs  à suivre sera fondée sur la numérologie tarologique , mais aussi sur le pouvoir d’interprétation de chacun de nous. Ces cartes sont essentielles à la précision des évènements dépeints par les arcanes majeurs et, bien qu’elles paraissent, à première vue, receler moins de secrets, leurs pouvoirs interprétatifs, encore plus abstrait, requiert d’autant plus d’humilité et de précautions afin que l’interprétation finale soit juste et ne nous écarte en aucun cas du chemin de notre vérité intérieure. Laissons-nous donc porter une nouvelle fois par la richesse de ces arcanes et partons à la découverte des dimensions universelles et infinies de l’esprit humain…